les 5 comportements de la belle-mère sorcière
Belles-mères

Les 5 comportements de la belle-mère “sorcière”

Etre belle-mère n’est pas toujours simple, comme évoqué dans l’article “Les 7 raisons d’être fière d’être une belle-mère”. Le moindre faux pas et vos beaux-enfants vous qualifieront de “sorcière”. Et ce même si vous respectez scrupuleusement les principes de base :

  • respecter et prendre soin des beaux-enfants,
  • être attentive à leurs besoins,
  • assurer leur sécurité.

La belle-mère doit aussi être attentive à certains détails qui peuvent devenir des montagnes pour les enfants… et les marquer à vie. Et faire de vous la belle-mère “sorcière” !

La sorcière conquérante

sorcière conquérante

Sarah avait 8 ans quand son père Vincent a rencontré Isabelle. Isabelle est rapidement venue s’installer chez Vincent. Aujourd’hui, Sarah est étudiante et vit en coloc avec des amis.

Elle se souvient : “Isabelle est arrivée telle un bulldozer ! Elle a débarqué un samedi alors que j’étais chez ma mère. Quand je suis retournée chez mon père, tout avait changé. Elle avait viré les affaires de mon placard de la salle de bain pour y mettre les siennes. Et elle en avait beaucoup ! Elle avait pris possession des lieux en un week-end ! Mon père n’a rien dit, et moi non plus, j’étais trop petite. Je n’ai pas osé. Mais cela m’a blessée. Je me suis sentie mise de côté. Si elle ne respecte pas mes affaires, elle ne me respecte pas, moi !“.

Pour les femmes qui emménagent chez leur conjoint, alors qu’il vit dans ce lieu depuis plusieurs années avec ses enfants, bon courage déjà !!!, mais surtout, allez-y en douceur !

En effet, lui et ses enfants ont une histoire commune et leurs habitudes dans cet endroit. Par conséquent, ne débarquez pas comme la reine mère ! Cela peut être très perturbant pour les enfants, qui ont besoin de stabilité. L’idéal au début, c’est que ce soit votre compagnon, père des enfants, qui vous fasse de la place dans ses placards ! Et qu’il ait préparé ses enfants à votre arrivée, bien entendu…

Si vous avez besoin de plus de place pour vos affaires, prenez la peine de communiquer avec les enfants. Demandez-leur symboliquement s’ils veulent bien vous faire un peu de place pour poser votre crème de jour sur l’étagère, puis continuez pas à pas. Si la situation est trop conflictuelle, ne forcez pas. Laissez le temps agir en votre faveur et en attendant, profitez-en pour faire le tri dans vos affaires Smile with tongue out

La sorcière pin-up

Antoine se souvient : “J’avais 6 ans quand mon père, veuf, s’est mis en couple avec ma belle-mère. Elle était beaucoup plus jeune que lui et elle faisait exprès de rester collée à lui tout le temps. Moi qui n’avais plus ma maman, c’était horrible de voir cette femme roucouler, toucher mon père sans arrêt et m’empêcher d’y accéder. Je l’ai tout de suite détestée”.

sorcière pin-upOui, vous êtes jeune et vous êtes amoureuse ! Donc vous resplendissez. Vous faites attention à votre apparence, vous voulez plaire à votre homme. Vous aimez être sexy pour lui et votre libido est à son plus haut niveau. Sauf que ses enfants, eux, ils vont détester votre sex-appeal ! Ils risquent de réagir violemment face à votre potentiel érotique. Par jalousie envers leur père mais aussi par loyauté envers leur mère. Et puis tous les enfants trouvent très gênant, voire degueu (et beurk !) de voir les adultes se caresser, se tripoter ou s’embrasser à pleine bouche…

Ayez donc de la pudeur, par respect pour les enfants. D’autant plus si c’est le début de la relation ! Vous devez donc vous organiser en couple pour trouver des moments pendant lesquels votre intimité sera la priorité. Mais évitez quand les enfants sont là !

La sorcière jalouse

Ouch ! c’est la pire ! celle-là elle est vraiment nuisible pour les beaux-enfants ! Une calamité qui peut ruiner une enfance entière ! La jalouse, c’est celle qui n’agit que pour elle, qui fait sentir à ses beaux-enfants qu’ils sont de trop. Envieuse, elle accapare leur père, considérant qu’il ne doit rester que les miettes aux beaux-enfants. Elle ne s’occupe jamais ni d’eux, ni des devoirs, ni des loisirs. Elle les humilie au quotidien, ne leur sourit jamais, ne les prend jamais dans ses bras, ne les console pas (et pour cause, elle est souvent la cause de leurs misères)…

Oui, elles existent, et ce qu’elles font subir aux enfants s’appelle de la maltraitance psychologique. Combien sont-elles à travers le monde ? Aucune idée. Trop, assurément !

Sans en arriver à cette extrémité, si vous voulez éviter de tomber dans ce sentiment négatif qu’est la jalousie :

  • Ne créez pas de rivalité entre vous et vos beaux-enfants concernant l’amour que donne votre compagnon. Vous êtes une adulte et vous avez des enfants en face de vous. Les besoins ne sont pas les mêmes. Ne vous mettez pas au même niveau.
  • Même si vos beaux-enfants vous envoient des piques, ne tombez pas dans leur piège. Il y a quelques années, nous étions en promenade et ma belle-fille qui devait avoir 5 ans, attrape la main de son père. Elle tourne la tête vers moi et avec un petit sourire triomphant, elle me lance :  “Tu vois Anne-Laure, c’est moi qui donne la main à Papa”. J’en souris quand j’y pense aujourd’hui. Sur le coup, sa réflexion m’avait piquée au vif, mais je lui ai dit qu’elle avait bien raison de tenir la main de son papa. Avec le recul je me dis que j’aurais dû prendre son autre main. En bref, lorsqu’ils vous décochent des phrases acides, dites-vous qu’ils ont besoin d’être rassurés sur leur place dans la famille. Rassurez-les.
  • Si vous n’arrivez pas à surmonter la jalousie vis-à-vis de vos beaux-enfants, peut-être avez vous besoin d’être rassurée également ? Confiez-vous à votre compagnon, ou bien à une amie, voire un psychologue.

La sorcière sadique

sorcière sadique

Ne vous transformez pas en harpie dès que vos beaux-enfants vous titillent un peu ! Oui, au cours de votre carrière de belle-mère, vous allez vous manger quelques réflexions bien cassantes qui font mal. Oui, vous allez avoir envie de crier un bon coup tellement ils vous énervent. C’est hélas le lot de toutes les belles-mères qui se plient en 4 pour gérer leur tribu et qui n’obtiennent pas beaucoup de reconnaissance.

Malgré cela, évitez les phrases qui tuent et qui peuvent s’imprégner de façon indélébile dans leur mémoire. A vie (si si ! c’est du vécu !). Par conséquent, ne cédez pas à la tentation de l’humiliation pour vous faire du bien de façon provisoire.

Bannissez donc les phrases du type:

  • “C’est ta mère qui t’élève comme ça ?” quand il/elle agit d’une façon qui ne vous convient pas => Attaque gratuite de sa mère. Evidemment l’enfant va se braquer et prendre position pour sa mère, et donc contre vous. Et ça risque de durer. Pour peu que ses frères et sœurs soient témoins de la scène et vous avez la fratrie entière contre vous.
  • “De toute façon y’ a rien à voir !” quand votre belle-fille adolescente vous demande de quitter la salle de bain dans laquelle elle est en train de s’habiller. Respectez l’intimité et la pudeur des ados.

Alors avant de balancer une phrase destructrice que vous regretterez, tournez votre langue 7 fois dans votre bouche. Puis demandez vous, si vous avez des enfants, comment vous réagiriez si les provocations venaient d’eux.

Enfin, essayez de reporter votre agacement en pensant toujours au même objet, qui vous servira de “punching-ball” virtuel. Cela peut également être une personne, un collègue qui vous agace. Vous pouvez également avoir un vrai petit objet comme une fève, que vous mettrez dans votre poche et que vous pourrez serrer fort entre vos doigts chaque fois que l’envie de répondre aux provocations montera. En gros, attendez que la pression retombe.

Bien entendu, si l’enfant est impoli ou irrespectueux, il faut réagir de manière adaptée. Sans chercher à être méchante…

La sorcière maladroite

Même s’ils sont involontaires, certains comportements sont à proscrire :

  • Ne dénigrez pas la mère de vos beaux-enfants, même si celle-ci ne se gêne pas pour vous critiquer vertement, et même si ça vous démange ! Ceci s’applique également à votre compagnon. Restez droits et intouchables. Les enfants s’en souviendront et apprécieront.
  • Ne faites pas de l’enfant un messager : “Tu diras à ta mère…” . Vous êtes des adultes, prenez votre téléphone si vous avez quelque chose à lui dire.
  • Si vous avez des enfants, soyez juste et ne faites pas de favoritisme (facile à dire, je sais).

De manière plus générale, n’abordez pas les sujets suivants devant ou avec les beaux-enfants et enfants. Sujets qui peuvent être une source inutile d’angoisses et de stress pour eux :

  • l’argent et plus précisément la pension alimentaire,
  • les jugements,
  • les griefs entre ex.

Et vous, avez-vous déjà eu des comportements inadaptés dans votre relation avec vos beaux-enfants ? comment les avez-vous corrigés ? N’hésitez pas à réagir dans les commentaires.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  

Only registered users can comment.

  1. Bonjour,
    C’est bien vu les 5 façons de devenir une sorcière. Moi je ne me reconnais que dans la “belle-mère jalouse”, à un certain degré: mon mari était tellement tout le temps focalisé sur ses enfants qu’il n’y avait pas de temps pour nous deux. Nous ne sortions jamais à deux, jamais une soirée à deux, jamais de vacances à deux. Je précise que j’ai aussi un fils mais que je n’ai pas la même “poulitude” envers lui. Je pense que c’est une des raisons qui a fait qu’à un moment donné, j’ai ressenti une rivalité avec eux. Pour moi cette jalousie venait de la situation: ses enfants prenaient toute la place, donc aussi ma place. Mon mari ne les recadrait jamais, ne leur disait pas d’aller se coucher etc. C’est pourquoi je pense que cette jalousie n’était pas malsaine, mais bel et bien liée à une réalité. Alors je trouve qu’il ne faut pas stigmatiser la jalousie. C’est un sentiment que tout le monde voudrait ne pas connaître, mais qui hélas, est généré par certaines situations. Et la famille recomposée peut être une très belle occasion…
    Même si je ne “coche” qu’une des mauvaises cases sur les 5, je pense que ma famille reocmposée est un échec. En tout cas à 21 ans, ma belle-fille est toujours hyper hostile envers moi. Mon beau-fils est sympa, lui, et j’ai de beaux sentiments envers lui, mais malgré tout j’aimerais qu’il quitte le foyer (il a 23 ans et son diplôme en poche dans un mois), car j’aimerais pouvoir profiter un peu d’une vie sans les tiraillement de la famille recomposée: même s’il est sympa, il y a plein de choses que je ne peux pas lui dire car ce n’est pas mon fils et qu’il a toujours été hyper protégé par son père, lequel ne supporte pas que je lui fasse la moindre réflexion. Conclusion: après 13 années de vie avec lui, je n’ai qu’une envie, c’est qu’il n’habite plus avec nous.

    1. Bonjour Anne !
      Un grand merci pour votre partage ! Je suis entièrement d’accord avec ce que vous dites ! J’ai créé ce blog justement parce qu’à un moment donné, en tant que belle-mère, j’ai ressenti toutes ces émotions négatives, dont la jalousie faisait partie. Vos mots résonnent car j’ai vécu cette situation pendant les premières années. Je ne dénigre pas la jalousie, la “concurrence” avec les enfants du conjoint. Au contraire ! Je me suis d’ailleurs sentie mal à maintes reprises à cause d’elle. Je pense que beaucoup de belles-mères ressentent cette jalousie, mais n’en parlent pas, parce qu’elle n’est pas avouable aux yeux de la société et de l’entourage. D’ailleurs je vous trouve courageuse d’avoir témoigné à ce sujet !
      Ce dont je parle dans mon article, ce n’est pas de la jalousie en elle-même, mais le comportement qui en découle chez certaines belles-mères : elles se vengent sur les enfants, elles les maltraitent, que ce soit psychologiquement ou physiquement, voire les deux. Je sais que ces femmes là existent, parce-que j’ai vécu ça en tant qu’enfant. Ma mère est décédée quand j’étais bébé. Mon père s’est remis avec une femme quand j’avais 5 ans. J’ai écrit cet article avec mes tripes et mes souvenirs d’enfant, d’ado, et de jeune adulte. C’est pourquoi en tant que belle-mère, j’ai tout fait pour que mes beaux-enfants ne souffrent pas de mes émotions négatives, qui sont quand même bien légitimes ! 🙂 Mais comme je le répète beaucoup dans mes articles, on n’est pas parfaites !
      Dans votre cas, c’est dommage que vous n’ayez pas pu construire de relation aimante avec votre belle-fille. Mais votre mari vous a-t-il laissé faire ? Vous a-t-il fait confiance ? Vous a-t-il laissé la place que vous méritez ? Vous a-t-il présentée correctement auprès de ses enfants au début ? Votre mari a son rôle à jouer pour que vous vous sentiez légitime auprès d’eux.
      Et que vous aspiriez à une vie plus tranquille, plus intime avec votre mari, est parfaitement compréhensible !
      Je vous souhaite le bonheur !

  2. Bonjour
    Ça me fais du bien de lire vos articles ! Et à la fois je me demande si j’arriverais à y croire ….
    Je suis belle-mère de deux garçons et j’ai un garçon du meme âge que le dernier de mon mari
    Cela fait 3 ans que nous vivons ensemble et cela ne c’est pas fait sans heurt.
    Normal à priori, sauf que le fils de mon mari du même âge que le mien (11 ans cette année) a été si méchant avec mon fils que je n’arrive pas à pardonner !
    Durant ces 3 années il s’est montré agressif, violent, sournoi avec mon fils. Il n’a absolument rien fait pour l’accueillir et l’intégrer dans sa vie (c’est nous qui sommes venus vivre chez eux…)
    On a tout fait il nous semble pour que les enfants se sentent bien mais a priori ce n’est pas assez !
    Bilan : le plus vieux ddec mon mari est parti vivre chez sa mère où il fait les 400 coups du haut de ses 15 ans et le dernier reste en garde alternée avec la dernière vacherie en date du mois de juin : raconter aux copains de l’école que c’est de la faute de son beau-frère si il ne les suis pas dans le même collège ! Resultat : les copains s’en sont pris à mon fils dans la cours et le pauvre ne savait pas ce qu’il avait fait !
    Quant à l’ex, elle s’évertue à cancaner sur nous auprès de qui veut bien l’écouter et surtout dans le huis clos familial où là elle laisse éclater toute sa jalousie sur mon mari et moi devant ses enfants qui reviennent chez nous remontés contre nous ou bourrés de jalousie et de rancoeur sans raison
    Bref dur dur d’être une belle mère !
    Emma

    1. Bonjour Emma, merci pour votre témoignage ! Effectivement, situation difficile pour vous et votre fils. Vous devez accumuler de la rancœur si les problèmes ne sont pas discutés. Vous écrivez que vous et votre fils êtes allés vivre chez votre conjoint : c’est difficile de trouver sa place dans ces circonstances. Ceux qui arrivent dans le foyer peuvent être perçus comme des intrus et ne jamais trouver leur place. Quant à l’agressivité de vos beaux-fils, elle traduit sans doute un mal-être. Si les parents sont en conflit, si la mère les monte contre vous et leur père, si les choses ne leur ont pas été expliquées clairement, votre fils est le punching-ball idéal (si j’ose dire), même s’il n’a rien fait et rien demandé. Une discussion sérieuse entre votre compagnon et ses fils ne serait peut-être pas superflue 😉
      Bon courage !
      Anne-Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.