mantras de la belle-mère
Belles-mères

les 11 commandements de la belle-mère parfaite

J’ai imaginé la belle-mère parfaite, vous savez, celle qui n’existe pas ! Pourtant, je la visualise bien se lever le matin, se regarder avec conviction dans son miroir et se répéter ces 11 commandements, comme des affirmations positives…

Je serai patiente

Vous pensez que votre conjoint ne va pas assez vite ?

  • Monsieur traîne des pieds pour vous présenter à ses enfants ou à ses parents ?

  • Il ne veut pas que vous vous installiez tous ensemble ?

  • Faire un autre enfant est un sujet tabou ?

  • Envisager ne serait-ce qu’un week-end en amoureux sur son temps de garde est carrément exclu ?

  • Vous ne pouvez même pas envisager de passer un peu de temps seule avec son fils ou sa fille, parce qu’il veut profiter à 100% de leur présence ?

  • Il ne vous voit pas encore assez comme un couple, une “vraie” famille.

Lenteur du conjoint

Oui, il est lent ! C’est très agaçant comme il est lent ! On dirait qu’il ne percute pas, qu’il a perdu des neurones dans son divorce 🙂

Rongez votre frein, car une fois qu’il aura passé la seconde, il va vous étonner ! Et à ce moment là, tous les verrous sauteront un par un sans que vous ayez besoin d’insister.

Soyez patiente…

Rendez-vous ici pour en savoir plus sur le timing classique d’une recomposition familiale : Les 7 étapes pour recomposer une famille.

Je serai compréhensive

Vos beaux-enfants vous mènent la vie dure ? Ils vous trouvent tout plein de défauts que vous ne vous connaissiez pas ?

Fréquemment, ils racontent des mensonges sur vous à leurs copains/copines, à leurs grands-parents, et surtout à leur mère ? Comme un rituel du dimanche soir, ils lui assurent qu’ils ont passé un week-end affreux, en grande partie à cause de vous ?

En gros, ils vous font passer pour la pire marâtre de l’histoire !

Enfants qui complotent

Vos beaux-enfants sont peut-être au milieu d’un conflit entre leur père et leur mère.

Vous êtes la coupable (innocente) idéale, le punching-ball parfait. Si la mère vous a prise en grippe, qu’elle est seule et malheureuse, ses enfants auront d’autant plus de mal à vous accepter. Question de loyauté.

N’en prenez pas (trop) ombrage ! C’est votre rôle de belle-mère qui est visé, pas vous en tant que personne. Gardez toujours cette idée en tête. De toute façon vous êtes formidable !

Je ne me mettrai pas la pression

Vous avez un idéal de la famille recomposée ? Vous avez l’intention de :

  • Façonner votre famille recomposée à votre image,

  • Montrer aux autres que vous savez faire,

  • Devenir la belle-mère exemplaire, voire parfaite,

  • Tout gérer,

  • Etre adorée par vos beaux-enfants (lol…)

Attention, le mur ! Et PAF la belle-mère ! Je vous aurais prévenue ! 😉

Se croire toute puissante

Plus sérieusement, rien ne va se passer comme prévu, parce-que vous n’êtes pas seule dans l’histoire ! Non seulement il y a vos enfants, ceux de votre conjoint, et votre conjoint. Mais en plus, il y a “les autres” : les ex bien-sûr (qu’est-ce qu’on ferait sans eux ? On s’ennuierait, non ?), les parents des ex, les parents du conjoint, les vôtres, la famille élargie, les amis, etc.

Tous ces gens là font partie de l’équation, que vous le vouliez ou non. Ils vont apporter leur pierre à l’édifice, provoquer des imprévus, vous mettre des bâtons dans les roues, vous aider, vous faire voir les choses sous un autre angle…

En somme, vous ne pourrez pas tout contrôler et façonner votre famille recomposée comme vous le souhaitez.

Donc ? Mettez un minimum d’organisation, de cadre et de limites dans votre quotidien. Ayez un projet commun avec votre conjoint, établi dans les grandes lignes. Mais pour le reste, laissez venir et lâchez prise ! Pensez à votre bien-être et à vous amuser !

Faudrait quand même pas que vous vous coltiniez que les mauvais côtés non plus !

Je resterai positive

Avec toutes les péripéties, (mauvaises) surprises, épreuves, coups bas qui fusent autour de vous, belle-mère, vous pouvez avoir tendance à voir les choses de façon négative.

Et pour cause ! Vous arrive-t-il de marquer un arrêt dans votre cadence infernale et de faire la bilan de votre vie ? 

  • Vous vous démenez comme une sauvage 7 jours sur 7 pour tenir la barraque,

  • Votre couple tangue dangereusement,

  • Les enfants de la tribu vous en font voir de toutes les couleurs,

  • Votre famille recomposée manque de cohésion

  • Vous êtes fatiguée, voire épuisée.

C’est à se demander ce que vous faites dans cette galère ? Ca ne vous est jamais arrivé ? De vous dire  : “Non mais pourquoi diable suis-je allée me mettre dans un tel bourbier ???”

Voir le verre à moitié plein

Malgré tout ça, non, ne tombez pas dans cette spirale infernale du verre à moitié vide en toute circonstance. Ne laissez pas le pessimisme vous envahir petit à petit, grignoter votre joie de vivre.

Redressez vous, respirez un grand coup ! Vous savez pourquoi vous faites tout ça ! Par amour bien entendu ! Quelle plus belle raison ?

Souriez : commencez par vous sourire à vous-même tous les matins dans le miroir ! Et dites-vous que vous êtes une wonder-woman des temps modernes.

Et pour en remettre une couche, allez donc lire cet article : 7 raisons d’être fière d’être une belle-mère.

J'utiliserai l'humour

Quand vous sentez que vos beaux-enfants vous agacent ou que vous les agacez, rien de tel que l’humour pour dédramatiser. Globalement, adoptez le réflexe “humour”quand la situation familiale est tendue.

Une bonne blague, une grimace, des pitreries, une imitation, des jeux ! Alors même si au début, faire des blagues vous parait impossible, parce-que vous avez plutôt envie de les emplafonner, l’humour peut vous sauver.

Ca détend et ça rend sympa !

C’est du temps de qualité offert aux enfants, qui adorent ça.

En plus, sur le long terme, vos relations s’amélioreront.

Que du bénéfice !

L'humour comme outil pour détendre l'atmosphère

Je poserai mes limites

Comme tout le monde, vous avez des valeurs et des besoins.

  • Avez-vous pris la peine, récemment, de vous questionner sur vos valeurs et vos besoins ?

  • Les priorités changent au cours de la vie. Quelles sont les vôtres en ce moment ?

  • Vos actes sont-ils alignés avec ces valeurs, ces besoins et ces priorités ?

  • Vous arrive-t-il souvent de dire oui alors que vous vouliez dire non ? A votre conjoint ? Aux ex, aux grands-parents ?

  • Qu’est-ce qui vous a mise en colère récemment ? Les colères sont un indicateur d’un besoin bafoué.

Savoir dire non

Se poser ces questions et y répondre permet de mieux se connaitre. Et ainsi de mieux poser ses limites, pour se respecter soi-même. Etre plus zen, plus calme et plus heureuse.

Je prendrai soin de moi

En plus de poser vos limites, n’oubliez pas de prendre soin de vous globalement : psychologiquement et physiquement.

Octroyez-vous des moments de calme et de solitude si vous sentez que votre cocotte-minute interne est sous pression. Sortez, entourez-vous de vos amies. Offrez-vous un soin en institut par exemple.

Rendez-vous ici pour lire : Comment se détendre au quotidien dans une famille recomposée ?

Je m'entourerai d'amies compréhensives

Quand vous avez besoin de vous confier, vous entendez souvent vos parents, votre sœur, votre belle-sœur, vos cousins, vos ami(e)s, vos voisins vous dire :

  • Oh ma grande, prends sur toi !

  • C’est toi l’adulte ! C’est à toi de faire des efforts !

  • T’étais pas obligée de te trouver un bonhomme avec des enfants !

  • Tu l’as voulue cette famille recomposée ! Tu vas pas te plaindre maintenant !

  • Oh la la, arrête un peu de te plaindre !

  • Si t’es pas heureuse, t’as qu’à le quitter !

Même si toutes ces paroles vous paraissent globalement vraies, vous n’avez pas besoin qu’on vous les assène comme des coups de maillet sur la tête !

Non, ce que vous recherchez, c’est un peu de compassion, une occasion de vider votre sac. Mais au fur et à mesure, vous vous rendez compte que votre entourage proche, que ce soit familial ou amical, ne vous comprend pas.

  • Cela vous déçoit,

  • Vous avez honte,

  • La culpabilité vous envahit,

  • Vous ne savez plus à qui parler,

  • La solitude vous assaille, et vous vous isolez de plus en plus.

Se confier à des amies compréhensives

Pourtant, c’est humain ! S’ils ne sont pas eux-mêmes confrontés aux difficultés que représente la famille recomposée, vos proches sont à des milliards d’années lumière d’imaginer ce qui se joue à huis-clos.

C’est pourquoi il faut toujours :

  • s’entourer d’une ou deux bonnes copines qui comme vous sont des belles-mères en activité !

  • lire et partager vos expériences sur ce blog 🙂

  • chercher des groupes de paroles consacrées aux belles-mères ou aux familles recomposées, comme par exemple “Le Club des Marâtres” 

Parce-que même si vous ne réglez pas vos problèmes en coup de baguette magique, ça fait du bien d’avoir un soutien, une oreille attentive et compréhensive.

Je ferai fi des jugements indésirables

Si je cours 100 mètres, je crache mes poumons. Alors je ne vais pas vous vendre que je sais ce que c’est de courir un marathon.

En revanche, je sais ce que c’est d’être une belle-mère en difficulté. Même si aujourd’hui tout va bien, je n’oublie pas mes années de galère.

Par conséquent, les jugements négatifs de la part de personnes qui ne savent pas ce qu’est une famille recomposée sont éjectés illico ! Je défie quiconque d’élever les enfants d’une autre en ayant le sourire 24h/24. Déjà que c’est impossible avec les siens !

Acceptez les conseils bienveillants et constructifs. Les jugements négatifs et hasardeux, non !

Conseils bienveillants vs jugements hâtifs

Je resterai femme avant tout

A force de vous perdre dans vos contraintes de belle-mère et mère débordée, vous en oubliez que vous êtes une femme en couple ! Et un couple, ça s’entretient !

Or, ne nous leurrons pas : nos hommes ne sont pas séduits de nous voir constamment râler après les marmots, une serpillière à la main, décoiffée et encore en pyjama à 13h. Oui, ça sent la caricature, et pourtant, c’est du vécu 😉

Rester femme

Donc, on commence par refiler une partie (une bonne moitié) de la charge de travail à notre homme.

Premièrement parce-qu’il n’y a pas de raison que Madame se coltine toutes les contraintes domestiques.

Deuxièmement, parce-que ça vous laissera du temps pour vous occuper de vous et ne plus vous sentir comme bobonne à la maison. 

De quoi consacrer votre énergie à vous faire belle, pour vous avant tout et par extension, pour votre homme.

Gardez une relation de séduction avec lui, en étant zen, souriante, positive et énergique.

Organisez des sorties en amoureux, des week-ends, des vacances, etc.

Sur ce thème, vous pouvez lire mon article : Pourquoi le couple doit être la priorité absolue dans les familles recomposées (et pas les enfants) 

 

Le 11eme commandement

Pour terminer, voici le dernier des commandements de la belle-mère parfaite, le suprême, l’essentiel. Celui qui résume tout et dont découlent les 10 commandements cités ci-dessus. Celui que la belle-mère (presque) parfaite se répète tous les matins : 

“Je m’aime !”

Tout simplement !

Et vous ? Quels seraient vos commandements en tant que belle-mère ? Vos mantras ? Quelles sont les caractéristiques ou qualités essentielles dont la belle-mère doit faire preuve au quotidien ?

En complément de cet article, vous pouvez demander votre mot de passe pour accéder à la BOITE A OUTILS DU PARENT EN FAMILLE RECOMPOSÉE en remplissant le formulaire ci-dessous.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    13
    Partages
  • 13
  •  
  •  

Only registered users can comment.

  1. Bonjour Anne-Laure,
    Merci pour ce joli post ! Joli et utile.
    De l’eau à coulé sous les ponts, les choses sont harmonieuses avec ma 1ère belle-fille de 20 ans. Elle a repris confiance en son père, et nous discutons bien, ensemble.
    Je vous écris sur un sujet qui correspond à un souci je pense, grâce à ma 2ème belle-fille. C’est « quelles règles poser : les mêmes que celles de la mère, qui a la garde exclusive et change ses règles en fonction de son humeur du jour, ou les nôtres, donc celles du père ?
    La 1ere femme de mon conjoint l’a tellement ennuyé qu’il pense que c’est mieux d’harmoniser les règles avec la 2ème, mère de sa 2ème fille.
    Or, elle est en colère contre nous. Et contre sa fille, à qui « on ne peut pas faire confiance ».
    Je pense, quant à moi, que c’est à elle qu’on ne peut pas faire confiance, puisqu’elle n’est pas constante dans ses décisions éducatives.
    Quoiqu’il en soit, je ne pense pas que les règles d’un conjoint doive traverser les murs d’une maison jusqu’à une autre maison, parce que c’est vivre avec les règles d’une autre.
    Elles peuvent bien sûr se ressembler, au quart d’heure près. Mais être les mêmes, ça me choque.
    Voilà mon problème du jour, comment trouver les mots pour expliquer que l’harmonie parentale ne passe pas forcément par un clonage de nos vies sur celle d’une femme triste en colère et qui prouve par là-même qu’elle fait fausse route.
    À bientôt Anne-Laure,
    Belle journée,
    Anne

    1. Bonjour Anne, merci pour vos commentaires qui font vivre le blog. Pour vous répondre sur le sujet des règles, je pense qu’un enfant est largement capable de s’adapter à différentes règles selon l’endroit où il se trouve, même s’il y a un temps d’adaptation. Les enfants qui partent en colonie de vacances n’ont pas d’autre choix que de se plier aux règles pendant le temps que dure la colonie de vacances. Même chose à l’école, chez les grands-parents, quand ils font du sport en club, etc. Les règles font partie de la vie. Quand elles sont “logiques” et clairement expliquées, il n’y a pas de raison que les enfants soient perturbés. Alors évidemment, ils vont les tester. Mais ça, c’est le jeu 🙂
      Cela me parait compliqué de cloner les règles du foyer de la mère. C’est à vous et votre conjoint de décider des règles dans VOTRE maison. On parle ici de règles du quotidien (heures de sorties, qui met la table et quand, participation aux tâches ménagères, utilisation des écrans, etc.). En ce qui concerne les grands sujets comme les études de l’enfant ou des questions médicales, il est évident que les 2 parents qui ont l’autorité parentale doivent se concerter et décider ensemble. Mais pour le quotidien du foyer, la mère n’a pas à intervenir. Vous et votre mari êtes les décideurs. Bien entendu, dans l’idéal, le père et son ex ont à peu près les mêmes règles, chacun dans leur foyer… Mais c’est plutôt rare 🙂
      Si j’ai bien compris votre commentaire, la façon de se comporter de la mère heurte vos valeurs. Par conséquent, c’est impossible pour vous de calquer des règles qui vous heurtent au plus profond de vous-même et de les mettre en place dans votre propre foyer. Vous avez le droit de dicter les règles sous votre toit, même avec vos beaux-enfants. Votre mari doit bien avoir un avis personnel sur la question, non ? Discutez-en ensemble, sans l’ombre de l’ex qui plane. Vous pouvez également en discuter avec votre belle-fille, qui y verra une marque de confiance.
      Si vous même n’êtes pas au clair sur les règles, alors les enfants le seront encore moins. Les règles et un cadre rassurent les enfants, même les ados. En ce qui concerne les ados, ils sont en demande d’autonomie, mais ils ont quand même besoin de sentir que les adultes sont là, au cas où…
      Bon courage pour la suite !
      Anne-Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.