(c) Can Stock Photo / ThodorisTibilis
Belles-mères | Mon défi

Belles-mères au bord de la crise de nerfs : comment retrouver le bonheur en famille !

11 février 2018

Cet article s’adresse à toutes les belles-mères au bord de la crise de nerf, du gouffre, du burn-out parental et “beau-parental”. Il y a des solutions pour retrouver le chemin du bonheur en famille (même recomposée). Je suis passée par là, et je m’en suis sortie.

Le quotidien, si loin du bonheur espéré ?

Marie est une jeune maman. Elle vient d’avoir une petite fille avec son mari. Ce dernier était déjà papa de 3 enfants, qui vivent avec eux une semaine sur deux. Elle se retrouve donc à gérer 4 enfants de moins de 10 ans. Le problème, c’est qu’elle ne retire aucune satisfaction de sa situation. Pire : elle déteste sa vie ! Elle se demande bien comment elle a pu finir comme ça et aimerait bien fuir très loin !

Au travail, elle a du mal à se concentrer, car la fatigue la submerge. Malgré cela, elle est quand même soulagée de quitter son foyer pour voir du monde.

A la maison, elle s’occupe de tout : le linge, le ménage, la cuisine,  les courses, les devoirs, la discipline, les comptes, etc.

Pendant la semaine où les enfants sont chez leur mère, elle ne trouve pas le repos, car elle angoisse en permanence à l’idée que ses beaux-enfants vont revenir, elle compte les jours !

Son mari lui apporte un maigre soutien, en jouant avec sa dernière fille par exemple, pour que Marie puisse s’occuper du reste. Ses 3 beaux-enfants s’opposent à elle sans arrêt, pourtant elle se démène pour eux. Elle n’obtient aucune reconnaissance, de personne ! De fait, elle en arrive à haïr ses beaux-enfants qui lui aspirent toute sa joie de vivre et son énergie.

Elle regrette de ne pas vivre des moments de qualité avec son mari et sa fille.

 

© Can Stock Photo / kadmy

Les symptômes du burn-out

Au quotidien, Marie est épuisée et souvent de mauvaise humeur. A force, elle a perdu le sourire et son visage est fermé.

De plus, elle culpabilise de ressentir autant de sentiments négatifs à l’égard de son mari et de ses beaux-enfants. Elle les rejette, pense qu’ils n’ont pas besoin d’elle. De toute façons les enfants ne lui font jamais de câlins. Ils la considèrent comme la bonne à tout faire pendant que leur père récolte les lauriers ! Marie est irritable, stressée, à la fois triste et en colère.

Elle essaye souvent de se retrancher dans sa chambre pour être au calme. De même, elle préfère éviter les sorties au parc. Inévitablement, elle se sent seule, exclue, abandonnée, peu digne d’intérêt. Elle ne sait pas comment se sortir de ce gouffre dans lequel elle est tombée.

… elle s’enfonce peu à peu dans la dépression.

Les solutions pour retrouver le chemin du bonheur

Tout d’abord, sachez que si vous vous reconnaissez dans le portrait de Marie, vous n’êtes pas seule ! Beaucoup de femmes sont dans ce cas. Je suis moi même passée par là et aujourd’hui je me sens heureuse et fière de ma famille recomposée. D’ailleurs, mes beaux-enfants arrivent bientôt pour les vacances et j’ai hâte de les voir ! Pour en arriver là, il m’a fallu comprendre certaines choses, communiquer, réorganiser mon quotidien et bousculer mes croyances limitantes !

Mais alors, il est où le bonheur ?

La maison ne brille pas comme un sou neuf ? Votre tas de linge sale s’empile dans la buanderie ? Vous êtes sans arrêt en retard ? Les enfants ne vous écoutent pas ? Vous avez l’impression que vos beaux-enfants vous détestent ? Par moments, vous êtes même jalouse d’eux  ? Vous ne supportez plus leur pouvoir de nuisance ? Votre mari se la coule douce dans le canapé pendant que vous trimez ? Vous avez l’impression que cette pseudo famille recomposée est une belle arnaque ?

STOOOOP ! Vous ne voulez quand même pas faire tout valdinguer maintenant ? Vous ne les voyez plus, mais vous avez accompli de très belles choses dans cette famille recomposée ! Alors, respirez un grand coup et lâchez prise !

Comme Marie, comme moi, vous n’êtes pas parfaite !!!

Eh non ! Et ce n’est pas une insulte ! Parce que comme vous le savez, personne n’est parfait ! Donc, vous n’êtes ni une femme parfaite, ni une mère parfaite, et encore moins une belle-mère parfaite ! Alors vous pouvez allègrement baisser votre niveau d’auto-exigence !

Et puis après avoir lu cet article, vous pouvez aller faire un tour dans le blog et lire celui-ci : 7 raisons d’être fière d’être une belle-mère. Histoire de regonfler un peu votre ego malmené (par vous-même).

Petite discussion avec vous-même

Maintenant que vous savez que vous n’êtes pas parfaite (et que c’est tant mieux), il va falloir lâcher-prise !  Sachez que vous avez  parfaitement le droit :

  • de ne pas aimer vos beaux-enfants (tant que vous ne leur montrez pas, que vous les respectez et que vous prenez soin d’eux),
  • d’en avoir ras le bol de votre mari et des enfants, que ce soient les vôtres ou ceux de votre mari,
  • d’avoir envie de partir en week-end avec des copines,
  • de laisser la maison et le linge en vrac,
  • de faire plein d’autres trucs qui vous paraissent graves mais qui en fait ne le sont pas…

Faites la liste des erreurs que vous pensez avoir commises en tant que belle-mère et pardonnez-vous (je le répète, personne n’est parfait).

De même, faites la liste de ce qui est important pour vous : vos valeurs, vos envies, vos rêves. Couchez tout cela par écrit, cela vous permettra de vous relire dans le futur.

Enfin, cela parait logique : prenez soin de vous et prenez du temps pour vous. Sortez avec vos amies, faites-vous plaisir !

Petite discussion avec monsieur

Maintenant que vous savez ce que vous voulez, vous pouvez aller discuter avec votre cher et tendre. Bien sûr, vous le coincez à un moment où:

  • vous êtes calme et détendue,
  • il est calme et détendu,
  • les enfants et leurs petites oreilles ne sont pas là.

Expliquez lui que vous n’allez pas durer longtemps comme ça, et que vous avez besoin de son aide.

Remettez tout à plat : les rôles de chacun, les règles de la maison (écrivez-les), la répartition des tâches. Par exemple, si jusque là c’est vous qui gériez les devoirs, déléguez cette tâche à votre mari – leur père en l’occurrence. Cela aura un double avantage :

  1. vous soulager,
  2. satisfaire les enfants, qui ont besoin de moments en tête à tête avec leur père.

Demandez à votre mari d’expliquer à ses enfants que vous êtes la femme qu’il aime et la maîtresse de maison et qu’à ce titre, ils doivent vous respecter et être polis. Peut-être que sur le moment, vous aurez l’impression que les enfants n’y attachent pas d’importance. Mais au fil du temps, cette idée cheminera dans leur esprit.

Vous pouvez également, si votre budget vous le permet, embaucher une femme de ménage 1 à 2 heures par semaine. C’est fou comme ça dégage du temps et permet d’économiser de l’énergie ! De même, faites vos courses en ligne ! Faites-vous livrer ! Trouvez une baby-sitter pour les soirée en amoureux !

Déléguez les tâches chronophages et énergivores

En résumé, réorganisez votre vie de famille en faisant front tous les deux, à l’unisson (et pour celles qui en ont besoin, mettez votre homme au travail !). Puis, exposez ensemble les nouvelles règles de la maison à tous les enfants.

Petite discussion avec vos beaux-enfants

L’idée est de développer une relation harmonieuse avec eux. Maintenant que vous avez remis vos pensées et les règles de la maison à plat, vous avez l’esprit plus libre pour vous tourner vers eux. Même si aujourd’hui ils vous agacent et ne vous intéressent pas, vous pouvez quand même essayer, n’est-ce pas ? Commencez par sourire, le plus souvent possible, même toute seule en face de votre miroir. Sourire va vous mettre dans un bon état d’esprit.

Partagez des moments de qualité tous ensemble, mais aussi en tête à tête.

  • Intéressez-vous à leurs passions, à leur quotidien,
  • Posez-leur des questions sur leurs camarades de classe,
  • Demandez leur ce qu’ils veulent faire plus tard,
  • Parlez-leur de vos bons souvenirs d’enfance,
  • Etc.

S’ils sentent que vous vous intéressez à eux de manière sincère, ils finiront par vous adopter.

Partagez des moments exclusifs, en tête à tête

Quand vous aurez compris que vos beaux-enfants ont besoin d’être rassurés et de sentir que vous n’allez pas les bouffer tout crus, ça ira mieux 🙂

Au final, que retenir de cet article ? Que si vous êtes une belle-mère au bord de la crise de nerfs, il vous faut:

  1. Appuyer sur “pause”, respirer un grand coup,
  2. Réfléchir à ce que vous voulez vraiment,
  3. Accepter de vous remettre en question,
  4. Réorganiser votre foyer,
  5. Vous intéresser à vos beaux-enfants afin de développer avec eux une relation harmonieuse,
  6. Profiter…

Bien entendu, comme dans toutes les familles, il y aura des disputes et des moments de stress. Le lâcher-prise aide à accueillir ces moments de façon plus sereine. Ils paraissent du coup moins graves, moins insurmontables. Et ça change tout !

Et vous, vous sentez-vous débordée en tant que belle-mère ? Partagez vos émotions et expériences dans les commentaires ci-dessous !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.