Attention, piège !
Couples recomposés

Les 8 erreurs qui condamnent les couples recomposés

Les couples recomposés sont sous pression presque en permanence, ce qui les fragilise et menace leur existence ! C’est pourquoi ils n’ont pas le droit à l’erreur ! Et pourtant, beaucoup tombent dans les pièges tristement classiques, mais qui pourraient être évités.

Cet article décrit les 8 erreurs qui font que les couples recomposés ne tiennent pas dans le temps !

Faites-vous ces erreurs, vous aussi ? La première ? La cinquième ? Peut-être toutes ?

Garder ses habitudes d'avant

S'ouvrir à de nouvelles habitudes

Caroline et Nicolas se sont installés ensemble avec leurs enfants respectifs il y a quelques mois. Hélas, ils sont déjà au bord de la séparationLes conflits s’enchaînent, entre eux, entre les enfants, entre eux et les enfants. C’est la bazar absolu. Ils ne comprennent pas comment ils en sont arrivés là. Ils étaient pourtant très motivés. Chacun renvoie la faute sur l’autre sans se remettre en question. Comme beaucoup de couples recomposés…

Nicolas a accueilli Caroline et ses enfants chez lui, certes. Mais ce qu’il oublie, c’est qu’il n’a rien changé dans ses habitudes, dans les règles et dans sa façon de gérer sa maison.

Caroline a emménagé chez Nicolas avec ses 2 filles, toute heureuse de partager enfin son quotidien avec son amoureux et ses enfants. Malheureusement, elle a vite déchanté. Ce qu’elle oublie, c’est qu’elle non plus n’a rien changé dans ses habitudes.

Quand les vacances sont arrivées, Nicolas a imposé à Caroline d’aller passer la semaine chez ses parents. Parce-qu’il fait ça depuis plusieurs années, depuis son divorce. Tout le monde est content : lui, ses enfants et ses parents. Puis c’est pratique et moins fatiguant pour Nicolas. Ses parents prennent le relais pour s’occuper de leurs petits-enfants. Pourquoi diable changer ?

Evidemment, Caroline n’a pas vu les choses sous cet angle. Elle aimerait partir sans les parents de son conjoint, et surtout pas chez eux.

Le résultat est là, au bout de quelques mois, 2 familles cohabitent dans une maison, en imaginant n’en former qu’une.

Ne rien changer de ses habitudes à la maison, en vacances et en ce qui concerne l’éducation des enfants mène les couples recomposés à la rupture.

C’est illusoire de penser que cela peut durer dans le temps. Utopique d’attendre que l’autre s’adapte par mimétisme à ses propres règles. Un minimum de discussion et d’organisation est nécessaire. Chacun doit faire des concessions pour que les habitudes s’harmonisent. Pour devenir une famille.

Bien sûr tout cela prend du temps. Alors pour s’accorder le plus vite possible, chers couples recomposés, autant en discuter dès que possible.

Mais avant tout, il faut être prêt à changer ses habitudes. Pour en créer de nouvelles, communes, fédératrices.

Ne pas respecter le rythme de l'autre

Rythmes différents

Dans le couple recomposé, il arrive souvent que l’un des deux soit beaucoup plus impatient que l’autre. Pour les grands événements comme pour les petits. Comme s’installer tous ensemble, faire un bébé , se marier. Ou bien partir en vacances.

Et d’après vous, qui des deux est plus impatient en général ? Bingo, c’est souvent la belle-mère 🙂 

Vous vous reconnaissez ? Vous n’avez jamais mis la pression à votre compagnon pour qu’il vous présente ses enfants plus vite ? Pour qu’il accepte que vous vous installiez ensemble ? Pour faire un bébé ? Oui, le dernier, celui en commun, qui soudera toute la famille et votre couple… Vous pourriez rétorquer : “Oui, mais c’est lui qui est trop lent !”.  Tout est une question de point de vue, n’est-ce pas ?

Le père, englué dans sa culpabilité, freine des 4 fers pour imposer le moins de turbulences à ses enfants. En effet, ceux-ci ont déjà vécu assez de traumatismes suite à la séparation de leurs parents. Il sépare les choses : ses enfants d’un côté, sa nouvelle compagne de l’autre. Il n’est pas prêt à tout mélanger

J’ai écrit un article qui décrit un peu plus en détail ce comportement, avec ses conséquences sur la belle-mère. Si vous voulez le lire, c’est ici (“Quand ses enfants sont là, je suis invisible”).

De même, le beau-parent peut avoir la fâcheuse tendance à mettre la charrue avant les bœufs en ce qui concerne l’autorité sur ses beaux-enfants. Tant que la famille n’habite pas sous le même toit, et pendant les premiers mois de la relation, il vaut mieux laisser au parent l’exercice de la discipline sur ses enfants. En revanche, rien n’empêche d’instaurer des règles communes, mais chaque parent joue le mauvais rôle aux yeux de sa propre progéniture 😉 C’est plus confortable pour le beau-parent.

En résumé, les rythmes différents peuvent créer des conflits au sein des couples recomposés. Chacun doit pouvoir faire un effort vers l’autre :

  • mettre moins de pression pour celle qui veut aller plus vite,
  • se projeter davantage pour celui qui préfère aller doucement…

 

La communication reste le meilleur remède. 

 

Négliger le couple

Les couples recomposés sont les piliers

Les couples recomposés l’oublient souvent, mais la famille recomposée existe parce-qu’il y a un couple. Vous vous imaginez vivre avec un homme uniquement pour être la belle-mère de ses enfants ? Non, ça n’arrive jamais !

Vous aimez un homme, vous souhaitez être avec lui, partager votre vie avec lui. Et donc, parce-qu’il a des enfants, et/ou parce-que vous avez des enfants, vous formez une famille recomposée.

Comme les enfants sont sous la protection de leurs parents, les couples recomposés les placent en haut de la liste de leurs priorités. Mais c’est un mauvais calcul !

Plus que dans toute autre famille, les couples recomposés sont fragilisés par la présence des enfants, par leur sensibilité exacerbée, par les rythmes en pointillés, par les emplois du temps variables, par la pression des ex, de la société, etc.

Tant de menaces qui pèsent au quotidien sur leur entente, leur intimité, leur solidité.

Or pour que les enfants aillent bien, il faut d’abord que le couple aille bien. La stabilité d’un couple uni les rassure. C’est ce que j’explique dans l’article : Pourquoi le couple doit être la priorité absolue des familles recomposées (et pas les enfants)

Alors prenez soin de votre couple. Donnez-lui toutes les chances d’être solide et uni :

  • Dès le début de votre vie en famille recomposée, expliquez à vos enfants que votre compagne / compagnon est votre amoureuse / amoureux. Qu’en tant que tel.le, ils doivent l’écouter et la/le respecter. Pas d’impolitesse ou de vulgarité.
  • Au maximum, créez des petits moments d’intimité dans la journée (boire un petit café pour discuter / échanger, se câliner) en demandant aux enfants de faire une activité entre eux ou seuls,
  • Faites du sport ensemble, même à la maison (tous les sports …)
  • Organisez des sorties à deux, même quand vous avez vos enfants et sans culpabiliser ! Si si, c’est possible ! Quand on veut, on peut !

Se croire seul.e

Chacun doit écouter l'autre

Pour former une équipe gagnante, il faut être à l’écoute de son partenaire.

Prenez les matches en double pendant les grands tournois de tennis. Imaginez que les 2 coéquipiers ne se regardent pas, ne se parlent pas. Ils ont pourtant le même objectif : battre leurs 2 adversaires.

Mais comme ils ne communiquent pas, ils se gênent sur le terrain, courent tous les deux vers la balle, se heurtent, se cognent, se filent des coups de raquette, et finissent par se faire tomber. Et perdre le match de leur vie. Impensable non ?

Pour les couples recomposés, même combat !

Or, de nombreux témoignages de lectrices du blog me parviennent : elles ressentent beaucoup de solitude et de frustration dans leur rôle de belle-mère et de femme. Malheureusement, leur compagnon n’est pas à leur écoute. Elles ne se sentent pas soutenues. Petit à petit, leurs émotions et leurs difficultés deviennent tabou. Elles se referment, perdent confiance en elles et en leur conjoint. Au final, l’équipe se fissure et fragilise le couple.

Soyez présent.e pour votre partenaire quand il en a besoin. Ecoutez, anticipez ! Soyez solidaire ! Vous renforcerez votre couple et l’amour qui vous lie. Apprenez à parler le langage de l’amour de votre chéri.e.

Savez-vous qu’il existe 5 langages de l’amour ? J’explique tout ça dans cette chronique du livre Les 5 langages de l’amour.

 

Eviter les sujets qui fâchent

Parler des sujets qui fâchent

Prendre des anti-dépresseurs soulage les symptômes de la dépression. Mais ils ne permettent pas de traiter la cause. Faut-il pour autant prendre ces médicaments toute sa vie, avec tous leurs inconvénients et effets secondaires ? C’est un cache misère.

En d’autres termes, c’est glisser la poussière sous le tapis. Ne pas aborder les sujets qui fâchent quand on forme un couple recomposé revient au même. Inévitablement, ils vont remonter à la surface et empoisonner votre vie.

Quels sont donc ces sujets délicats qui ont un potentiel destructeur pour les couples recomposés ?

Le premier est sans aucun doute l’argent ! Les habitudes financières de chacun sont déterminantes : êtes-vous dépensier.ère ? Mettez-vous de côté tous les mois ? Prévoyez-vous de mettre vos enfants dans des écoles privées ?

Ensuite viennent les projets du futur, qui se mêlent à l’argent :

  • Achat d’un bien immobilier en commun ?
  • Mariage ? Et si mariage il y a, ferez-vous un contrat ?
  • Testament ?
  • Un ou plusieurs autres enfants ?

 

Évoquer ces sujets n’est pas toujours très glamour, surtout pendant les premiers mois de la relation. C’est pourtant utile. Au moins un de vous deux, voire les deux, avez vécu une séparation ou un divorce. Vous savez donc que ces sujets épineux ne sont pas anodins et que la relation de couple s’épanouit davantage quand ils sont bien clairs pour tout le monde !

Vous voulez en savoir plus ? Lisez l’article “Beaux-parents : aborder les sujets qui fâchent” ici !

S'oublier soi-même

Etre soi-même

Combien de belles-mères vont se retrouver dans ce qui suit ?

Vous avez l’impression qu’en tant que belle-mère, vous vous épuisez et n’obtenez presque rien en retour ?

Pas de considération, pas d’affection, pas d’attention ?

Pourtant, vous passez votre temps à essayer de plaire à tout le monde dans cette famille.

Vous mettez un point d’honneur à ce que tous les enfants de la tribu soient heureux et satisfaits ?

Vous mettez constamment vos propres envies de côté. Pire, vous n’osez pas dire non. En fin de compte, vous agissez à contrecœur…

En tant que femme, même scenario. Vous voulez faire plaisir à votre compagnon, alors vous marchez sur des œufs sans arrêt pour éviter les conflits. Après tout, il en a déjà assez avec son ex, vous n’allez pas lui en rajouter ! Sauf que vous n’êtes pas la nounou de ses enfants ! Vous êtes son amoureuse ! Vous avez un statut particulier !

Attention, vous vous effacez, vous vous rendez invisible. Vous oubliez vos valeurs et laissez les autres piétiner vos limites.

Réagissez ! Redéfinissez vos limites et faites-les respecter. Si vous ne vous respectez pas vous-même, comment les autres pourront-ils le faire ?

L’oubli de soi est un piège terrible pour les couples recomposés (pour tous les couples en fait !).

Un peu d’aide ? J’en parle plus en détail dans cet article : Belles-mères, ne tombez pas dans ce piège !

Laisser trop de place à l'ex

Laisser l'ex prendre trop de place

“Je ne veux pas que l’autre s’occupe de MES enfants !”.

“Tu les as voulus, alors tu t’en occupes ! Tu ne les mets pas chez tes parents pour te la couler douce avec ta greluche !”

“Je veux que mes petits trésors soient couchés à 20h30 tous les soirs ! Tu leur lis une histoire avant bien entendu.”

“Pas question que ce soit quelqu’un d’autre que toi qui vienne récupérer les enfants ! Sinon, tu ne les verras pas!”

“Je les appellerai tous les jours, fais en sorte qu’ils soient disponibles !”

Chantage, insultes, intrusions, agressivité, autoritarisme, manipulation… Non, non, non, et non ! La mère des enfants n’a pas tous les droits !! Messieurs, réveillez-vous ! Ne laissez pas votre ex décider à votre place de ce qui est bien pour vos enfants quand ils sont avec vous.

Que la mère de vos enfants se pose des questions sur ce qui se passe chez vous, c’est normal. Vous pouvez la rassurer. Qu’elle discute avec vous à propos de l’école et des décisions importantes pour les enfants, c’est normal et légitime. Prenez le temps pour ces échanges.

Mais qu’elle vous dicte quoi faire, qu’elle s’immisce dans votre vie de couple, qu’elle envahisse votre espace, qu’elle insulte vos proches, vous-même et votre compagne, qu’elle vous harcèle et vous menace de vous enlever les enfants, c’est intolérable ! Si vous culpabilisez, elle vous mènera par le bout du nez !

Pour le bien de vos enfants et de votre couple, soyez ferme ! Vous devez protéger votre compagne, qui va indiscutablement souffrir de ces comportements déviants. A la longue, elle peut perdre patience, s’épuiser et renoncer.

La meilleure arme contre les abus, c’est d’abord le jugement. En effet, à défaut d’accord, il prévaut.

Ensuite, c’est la fermeté et la sérénité. Si vous êtes sûr de vous et de vos capacités parentales, vous ne lui laisserez pas ce pouvoir de nuisance sur votre vie. Votre ex ne peut pas vous priver de vos enfants.

Avez-vous lu ma chronique du livre “Rester parents après la séparation ?”. Vous y trouverez plein de conseils pour développer une co-parentalité sereine malgré les obstacles. C’est par ici.

Tolérer certains comportements inadmissibles

Quand les proches jugent

Nathan, 8 ans, va voir son père et lui demande :  “Elodie (sa belle-mère depuis des années), elle n’a pas de parents ?”. 

Son père, étonné, lui répond : “Mais si, bien sûr ! Pourquoi ?”. 

Nathan : “Parce qu’on ne les a jamais vus ! Comment ça se fait ?C’est aussi mon papi et ma mamie non ? Parce que mon copain Mathéo, il dit que lui aussi il a une belle-mère, et que ses parents sont comme des grands-parents normaux. Il va même en vacances chez eux parfois ! Et ils lui offrent des cadeaux !”.

Le père, gêné, ne sait plus quoi dire ! Pourtant, il savait que cette question surgirait à un moment ou à un autre !

Comment dire à son jeune fils que les parents de sa femme Elodie ont toujours refusé de les rencontrer, lui et ses deux enfants issus d’un premier mariage ? Comment justifier un tel comportement ? Cet enfant pourrait-il comprendre que les parents d’Elodie n’ont pas supporté le divorce de leur fille ? Et qu’ils continuent de fréquenter leur ex-gendre ?  Comment ne pas heurter sa sensibilité d’enfant, alors qu’il s’efforce chaque jour de lui enseigner la tolérance ? Comment Nathan pourrait-il imaginer que des adultes ne veuillent pas le rencontrer ? Qu’a-t-il fait pour mériter ça ?

Le père de Nathan se demande souvent pourquoi Elodie accepte d’aller rendre visite à ses parents, sans lui et ses beaux-enfants. Comment elle tolère les photos de son ex et elle encore accrochées aux murs de sa maison d’enfance, témoins de son ancienne vie. Que ses parents laissent bien en vue, comme une provocation, une punition.

J’ai reçu des témoignages de belles-mères dont les nouveaux beaux-parents les jugent, les comparent à l’ancienne, font des différences flagrantes entre leurs petits-enfants et “les autres enfants” !

Tout cela sans que le compagnon ne dise rien à ses parents ! Comment tolérer cela ? Au delà du préjudice pour les enfants, comment les couples recomposés peuvent-ils survivre à cela ?

Cette situation, je ne l’invente pas. Je l’ai moi-même vécue. Je n’ai jamais rencontré le père de ma belle-mère. J’ai vu sa mère 2 fois. En 35 ans. Aujourd’hui ils sont tous les deux décédés. Je ne sais même pas pourquoi ils ont refusé de nous rencontrer.

En tant qu’adulte, je ne laisserai personne me faire du chantage affectif à cause de mes choix amoureux !

Amis, parents, famille lointaine ne doivent pas mettre à mal votre couple, juste parce-que vous formez une deuxième famille !

A moins que vous soyez un criminel en cavale, une personne violente ou tordue, rien ne justifie une remise en question de vos choix.

Construire une famille recomposée est déjà assez difficile comme ça ! Manquerait plus que les proches s’y mettent !

Et vous ? Est-ce que ces 8 erreurs vous parlent ? Sont-elles une menace pour votre couple ?

Rejoignez la communauté des beaux-parents zen et sereins ! Demandez GRATUITEMENT votre mot de passe pour accéder à la BOITE A OUTILS DU PARENT EN FAMILLE RECOMPOSÉE en remplissant le formulaire ci-dessous !!! 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    24
    Partages
  • 15
  •  
  • 9

Only registered users can comment.

  1. Bonjour
    Nous nous sommes séparés avec mon compagnon pendant le confinement après 2 ans de relation. Il a une petite fille de 6 ans. Ce n est pas la seule difficulté mais là famille recomposée a ete en partie un pb. Je n ai pas d enfant de mon côté. Lui avait une vision idéalisée de la famille recomposée et de la.belle mère parfaite. Ça m a mis énormément de pression en plus des difficultés que je ressentais. Du coup je ne me suis jamais sentie à la hauteur et nulle dans ce rôle là. J ai commencé à m isoler dans la souffrance.
    Il y a quelques erreurs listées la haut que nous avons du faire. Je vivais seule avant et j ai parfois eu le sentiment que mon compagnon pensait que de mettre tout le monde ensemble dans le même appartement (le sien) suffirait. Je ne me sentais pas chez moi et quand sa fille était là soumise à leur petit duo, leur petit fonctionnement de couple instaurés quand il étaient seuls. J avais l impression qu il était triste quand elle partait, heureux quand elle revenait…et moi j avais le malheur d être là tout le temps quelque part.
    Il y a plus d un mois désormais que nous sommes séparés. J aimerais que les choses reprennent mais je ne sais pas si c est possible, ni comment faire. ..

    1. Bonsoir Line, merci pour votre témoignage ! Je pense que beaucoup de belles-mères vont s’y retrouver. A vous lire, je me demande si votre compagnon ne cherchait pas (inconsciemment) une mère de substitution pour sa fille ? Avant d’être une belle-mère, on est d’abord une femme… En plus, vous n’avez pas d’enfants, ce qui rend la tâche plus difficile. Ne vous blâmez pas ! Devenir belle-mère est un tel bouleversement, un raz-de marée ! Comme je le décris dans l’article “Quand ses enfants sont là, je suis invisible !”, les papas peuvent, sans vraiment s’en rendre compte, se consacrer entièrement à leurs enfants quand ils les ont, en oubliant les autres… Difficile pour la compagne de prendre sa place dans de telles conditions… Enfin, ce n’est pas forcément évident à mettre en place, mais quand le couple est prêt à s’installer ensemble, c’est mieux de trouver un nouveau foyer. Pour qu’une nouvelle histoire commence, une page blanche. Bon courage à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.